Un monde idéal où c’est la fin De J.Heska

Publié le par barbouille-bouquine.over-blog.com

418YLPC4rdL.jpg

 

Synopsis : 


Bienvenue dans un monde idéal !
Un monde idéal où la civilisation telle que nous la connaissons n’existe plus. Dérèglement du temps ? Avènement de la magie ? Crise climatique irréversible ? Épidémie mondiale de mort subite ? Extra-terrestres maladroits ? Invasion de poireaux découpeurs de cervelles ? Crise de déprime globale ? Robots hors de contrôle ? Zombies entreprenants ?
Découvrez 100 histoires drôles, émouvantes, tragiques ou absurdes qui mènent à notre perte !
Mais c’est quoi Un monde idéal ? C’est une collection de livres reposant sur un concept tout simple qui a fait le succès du site Internet http://www.jheska.fr : des textes courts et percutants relatant des histoires basées sur des « et si » ?
Un livre parfait pour un petit moment de détente égoïste, dans le bus, à la pause déjeuner, le soir avant de se coucher ou à la plage !


Mon Avis :


Tout d’abord je remercie M. Heska pour la confiance qu’il m’a accordée en m’envoyant son dernier livre.

 

J’étais  très impatiente de lire ce livre car je ne suis pas une habituée du genre.

Finalement j’adhère, c’est facile à lire, notamment quand on a un emploi du temps surbooké.

Les nouvelles sont courtes maximum 3 pages et ne demandent pas d’avoir deux heures devant soi.

Tout ce que je peux dire c’est que le livre ne laisse pas indifférent.

Il provoque des réactions diverses et variées :

La surprise, un exemple avec « un monde idéal où nous vivons sur une belle planète ». Cette nouvelle est à la fois très poétique et très sombre.

Le rire, le coup des poireaux tueurs est excellent, je fais bien d’acheter mes légumes au magasin bio.

Une autre m’a bien fait rire « un monde où la chaîne du froid doit être respectée », où un problème de frigo met fin à l’espèce humaine.

La tristesse, « un monde où l’instruction est facultative », vision ou reflet de la société actuelle, qui a l’instar de ce professeur d’histoire me fait éprouver de la tristesse. L’être humain ne tire aucune leçon de son passé…

L’indignation, avec ces deux textes : « Un monde idéal où les gays précipitent notre destruction » et « un monde idéal où l’énergie propre devient la priorité ».

Je pense que ces deux textes sont un peu une critique de la société actuelle (enfin je l’espère…), mais ils provoquent tout de même une réaction assez forte, en ce qui me concerne en tout cas.

L’approbation, « un monde idéal où un grand musée de l’Homme est créé », ou l’Homme remit à sa place :

Parasite d’une planète qui se porterait mieux sans son influence néfaste…Je me laisse aller, c’est l’écologiste qui est en moi qui parle !

Le dégoût, « Un monde idéal où les parasites sont fantastiques », je ne ferai qu’un commentaire Beurk !

Bref, vous l’aurez compris beaucoup de réactions face à ce livre.

Ce recueil de nouvelles a de nombreuses sources d’inspiration, l’actualité bien sûr, mais aussi le cinéma avec entre autres :

Harry Potter, Matrix, Retour vers le futur…

Les séries télé et la littérature ne sont pas en reste, Notamment une allusion au livre de Stephen King « les évadés ».

J Heska n’hésite pas à revenir sur ses propres livres avec une évocation du cimondisme (cf : « pourquoi les gentils ne se feront plus avoir »)

Il y a aussi une petite histoire en trame de fond avec un petit gnome … Mais ça je vous laisse le découvrir.

Pour conclure, c’est un recueil de nouvelles divertissantes, effrayantes, drôles, mais qui prêtent toujours à réfléchir.

Je ne peux que vous encourager à lire ce livre, et le manque de temps n’est pas une excuse !

 

 

 

Publié dans Humour

Commenter cet article