L'oiseleur de Max Bentow

Publié le par barbouille-bouquine.over-blog.com

Editeur: Denoël

Traducteur: Céline Hostiou

Titre original: Der Federmann

Nombre de pages:323 pages

Date de publication: 6 novembre 2014

Synopsis:

Seul point commun de ses victimes : une abondante chevelure blonde qui semble rappeler les plumes d'oiseaux dont il couvre leur corps. L'inspecteur Nils Trojan traverse une phase difficile. Divorcé, père d'une fille unique, il consulte en secret une fois par semaine la psychologue Jana Michels car il souffre de crises d'angoisse. En tant qu'inspecteur de la brigade criminelle, il ne peut se permettre de montrer le moindre signe de faiblesse. Un jour, dans un quartier populaire de Berlin, il trouve le corps d'une jeune femme, violemment assassinée. Elle a le crâne rasé, recouvert de plumes, et un oiseau mort a été placé à l'intérieur de la plaie mortelle. Avant que Trojan n'ait le temps de comprendre ce qui s'est passé, l'Oiseleur frappe à nouveau, laissant la même signature macabre. L'inspecteur comprend très vite que l'Oiseleur est attiré par les femmes jeunes, blondes, à l'épaisse et ondoyante chevelure. Exactement le portrait de Jana. Dès lors, un duel à mort s'engage entre Nils Trojan et le dangereux psychopathe. Max Bentow plonge dans les tréfonds d'une âme en proie à la folie et nous livre le thriller le plus haletant de l'année.

 

Mon avis:

Au premier abord, je dois avouer que mon oeil a été attiré par cette très belle couverture. Elle colle parfaitement à l'histoire et au titre du livre. Sur le plan des personnages mon avis est un peu plus mitigé.

D'un côté, j'ai beaucoup apprécié le personnage de Nils Trojan, il faut dire que j'ai un petit faible pour les héros torturés...

Nils Trojan est inspecteur à la criminelle de Berlin. Il est constamment hanté par les horreurs qui font son quotidien. Mais un inspecteur de la criminelle ne peut pas se montrer faible. C'est pourquoi, il consulte en cachette, Jana Michels, une psychologue qui ne le laisse pas indifférent. Une nouvelle enquête va le mettre à rude épreuve, d'autant plus lorsqu'il découvre que l'assassin sait où il habite. J'ai trouvé que ce personnage était plutôt bien travaillé. Paradoxallement Max Bentow n'a que très peu développé la psychologie du tueur, c'est dommage. Car l'histoire est bien menée, on se laisse entraîner dans les rues de Berlin, au gré des meurtres( j'ai eu un peu de mal avec les différentes "Strasse"). L'auteur a su ménager le suspens, car on ne sais jamais où le tueur va frapper. Comme il ne nous donne pas beaucoup d'éléments, il est très difficile de trouver l'identité du tueur. Même lorsque l'on a trouvé l'assassin, le suspens continue.

Je n'en dirai pas plus, je vous laisse découvrir ce très bon thriller, il manque un rien pour que ce soit un coup de coeur.

 

Commenter cet article

Vepug 17/12/2014 16:38

Comme tu le dis très bien : il manque d'un tout petit rien pour que ce soit un coup de coeur... Vivement la suite.

delcyfaro 06/12/2014 18:08

Je partage vraiment ton avis... il manquait vraiment pas grand chose pour que ce soit un coup de coeur.